medical-563427_640

 

Dans un article du 11 mars 2015, le Monde traite de la nouvelle « révolution » portée par Apple : Research Kit. Un dispositif qui permettrait aux détenteurs d’un iPhone de participer à la recherche médicale en envoyant de la data à des scientifiques. L’objectif d’Apple est de proposer le plus grand dispositif de recueil de données sanitaires et médicales jamais réalisé.

Bien que certains n’y voient qu’une suite logique des évolutions des NTIC, voilà un usage de la Big Data très séduisant au premier abord. En effet, il suffit de porter un bracelet connecté à son iPhone, c’est donc indolore et sans prise de tête administrative. Vous et moi pourrions contribuer à la connaissance médicale rien qu’en partageant nos datas.

Mais voilà aussi une initiative qui ne laisse pas le datadéontologue de marbre et qui le fait méditer sur les questions posées par l’article :

  • Quid de la fiabilité des données ? Pour qu’un tel dispositif fonctionne, il faut que l’envoi des données soit constant. Il faut aussi accepter de bien porter le bracelet et ne pas s’en lasser au bout de quelques jours.
  • Apple assure mettre les données récoltées à disposition de tous. Merci Apple mais je ne suis pas sûr d’avoir les capacités computationnelles nécessaires à la gestion des informations de santé des millions de propriétaires d’iPhone à travers le monde.

On peut même se poser une autre question : est-ce une action de RSE d’Apple ? Le bracelet est donc offert aux participants ?

 

Source

« ResearchKit, la « révolution » médicale d’Apple, a aussi ses limites », Le Monde, 11/03/2015, (http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/11/researchkit-la-revolution-medicale-d-apple-a-aussi-ses-limites_4591296_4408996.html)